Le marché immobilier à Montpellier en 2022

Le marché immobilier à Montpellier en 2022

Les tendances du marché immobilier à Montpellier

Le marché immobilier à Montpellier est un secteur de plus en plus prometteur. Une hausse de 5%, autant pour les maisons que pour les appartements est à prévoir pour cette métropole héraultaise. La cote des appartements du centre-ville a grimpé ces douze derniers mois, si bien que même des logements jadis dépréciés s’instillent des traits vendeurs et attractifs. Il en est de même à l’extérieur de la ville, où les secteurs de Saint-Jean-De-Védas et Castelnau-Le-Lez ont plus que jamais vu gonfler leurs prix. Mais ce sont les quartiers du centre-ville qui trouvent le plus de preneurs. Estimer ses biens immobiliers à Marseille permet de découvrir avec rapidité et fiabilité la valeur vénale de son patrimoine. 

Si les prix ne cessent de grimper, le marché immobilier à Montpellier a tendance à se tendre à cause de la raréfaction de l’offre immobilière. Etant pourtant le parcours de projets immobiliers en cours de construction, la ville attire plus vite qu’elle ne peut bâtir. De plus, un nouveau facteur réduit le nombre de biens immobiliers que cherchent à s’offrir les primo-accédants : l’extérieur. En effet, nombreux sont ceux qui cherchent à acheter dans la ville tout en s’offrant un jardin, si plébiscité par les circonstances sanitaires. Avec des prix allant jusqu’à 7000€/m2, la métropole se voit pérennisé par la loi de l’offre et de la demande. Ses nombreux quartiers sont autant de variables clés à prendre en compte pour estimer correctement les prix au mètre carré de la ville. L’estimation immobilière professionnelle permet de connaitre avec rapidité et précision combien son bien immobilier peut se vendre au mètre carré. 

Les quartiers de Montpellier par le Nouvel Obs

Aiguelongue

Un secteur calme et plein de verdure aux prix au mètre carré de 2500 à 5000 euros. Proche de l’université Paul Valéry, il attire une population jeune et dynamique.

Beaux-arts

Ses prix au mètre carré allant de 2500 à 6500 euros font de lui le secteur le plus cher de la ville. Il est la cible de futurs acheteurs non-originaires de Montpellier en quête de petites maisons.

Castelnau-le-Lez

La petite ville située en périphérie de Montpellier a connu une forte revalorisation cette année, au point de voir ses prix gonfler plus qu’ailleurs dans la métropole.  Ses prix sont estimés comme allant de 2500 à 4500€/m2.

Clémenceau, Gambetta

Qualifié d’éclectique par l’hebdomadaire, le quartier est prisé par les secundo-accédants, désireux d’investir dans des logements pour Airbnb. Moins cher au mètre carré, l’intervalle de prix se situe entre 2000 et 3500€/m2.

Ecusson

Quartier aux investisseurs majoritairement parisiens, il offre à ses habitants un cadre de vie urbain mais authentique au sein de ses ruelles piétonnes. Les appartements à vendre s’y font de plus en plus rares cependant. Il s’agit souvent des petites surfaces aux prix au mètre carré allant de 2500 à 5500 euros. Il est la face dorée du marché immobilier à Montpellier. 

Hôpitaux-Facultés

L’activité de ce quartier étudiants s’explique par son abondance de studios, propices dans le secteur. Certains parents d’étudiants investissent jusqu’à 130 000 euros pour des T1. Il sont certains de pouvoir les louer ou les revendre facilement à l’avenir. Les prix au mètre carré y varient de 2000 à 4000€. 

Pérols

Autre petite ville, cette fois-ci proche de la mer, Pérols profite évidemment de son fort potentiel touristique. Ses prix allant de 3200 à 6000€/m2 sont revus à la hausse dès lors qu’ils se rapprochent un peu plus du littoral, attirant de nombreux investisseurs pour du locatif saisonnier.

Port-Marianne

Marché qualifié de tendu, l’immobilier à Port-Marianne est touché par les mutations constantes du secteur, faisant fortement varier l’offre et répondant plus ou moins difficilement à la demande. Ce quartier moderne, épicentre des innovations architecturales de la ville est estimé à un prix de 4500 à 6000€/m2.

Ces villes attractives proches de Montpellier

Nîmes

Réputée pour son histoire séculaire, la cité aux Arènes s’est dotée de nouvelles offres immobilières à la fois modernes et convoitées. L’inflation dans ses secteurs les plus attractifs a été calculée à raison de 5 à 10%. C’est notamment le cas dans le centre-ville. Ce dernier s’est paré de nombreuses rénovations cette année qui l’ont doté d’une attractivité rare. Le prix au mètre carré s’y estime entre 2200 à 4300€/m2. L’intervalle laisse espérer pouvoir négocier les biens immobiliers à ses prix les plus hauts lors de la vente.

Béziers

Le marché de la cité biterroise semble se calmer ces derniers mois. La cause principale est dans l’appauvrissement de l’offre immobilière, pas assez rapidement palliée par les mutations de la ville. Les prix varient de 900 à 4700€/m2 pour ses villages alentour, c’est par exemple le cas à Sérignan. Les logements assez anciens se vendent le plus cher, misant sur leur charme aux pierres apparentes. Ces arguments d’authentisme jouent souvent en faveur des revendeurs lors de l’estimation. 

Sète

Le marché immobilier de cette petite ville côtière voit ses prix gonfler continuellement ces dernières années. Et pour cause, l’offre immobilière comporte de nombreux beaux biens, toujours proches de la mer. Même avec des rénovations à prévoir, les appartements et petites maisons de la ville de Paul Valéry se vendent à 3000€/m2. Les prix vont jusqu’à 6410€/m2 en sortant de Sète, vers la très réputée Grande Motte. 

Gard

Les prix dans la région se voient sans-cesse augmenter ces dernières années grâce à une forte demande. Qu’il s’agisse de Nîmes, Uzès ou Aigues-Mortes… Les biens immobiliers s’arrachent à prix d’or au regard de la petite taille de ces villes. Il faut compter entre 1060 et 6480€/m2. La variation s’explique par les prix élevés de Uzès notamment.

Perpignan

Qualifié d’ « Eldorado des investisseurs », Perpignan et sa forte attractivité donnent au marché de toute la région un fort potentiel immobilier. Avec ses prix disparates, elle a l’avantage de pouvoir satisfaire tous les budgets. La ville attire autant les Parisiens que les habitants de zones rurales du sud, désireux d’urbaniser leur mode de vie. Les prix au mètre carré y varient de 780 à 3990€ en fonction des quartiers et des rénovations à effectuer. 

Aude

L’hebdomadaire qualifie ce marché de dynamique et ne lésine pas sur son potentiel. Qu’il s’agisse de Carcassonne ou de Narbonne, l’immobilier connaît une belle hausse ces dernières années. Beaucoup de jeunes cherchent à réaliser leur premier investissement dans la région aux prix variants de 700 à 2870€/m2.